Revue Annuelle 2010 - 2011

(Format PDF, 4.63 Mo) *

Objectif de la revue annuelle

Dans cette revue annuelle, l'Institut canadien de conservation (ICC) présente les résultats qu'il a obtenus en 2010–2011 au ministère du Patrimoine canadien, aux clients et aux partenaires de l'ICC au Canada et à l'étranger, ainsi qu'au public canadien.

Mission de l'ICC

Grâce à son expertise en science de la conservation, en restauration et en conservation préventive, l'Institut canadien de conservation appuie la communauté du patrimoine dans la conservation des collections patrimoniales du Canada afin qu'elles soient accessibles aux générations présentes et futures.

Pour accomplir sa mission, l'ICC regroupe ses activités sous trois axes opérationnels d'intervention, soit :

  1. la recherche et le développement en conservation, notamment la recherche scientifique, les techniques de pointe en conservation et en restauration ainsi que le développement de solutions pratiques et novatrices pour le soin des collections;
  2. la prestation équitable de services d'experts à la communauté du patrimoine du Canada, notamment des analyses scientifiques, des traitements de conservation et des services conseils en préservation qui répondent aux besoins de la communauté;
  3. la diffusion des connaissances en conservation, au moyen de la formation, du perfectionnement professionnel, des ressources d'apprentissage en ligne et des publications, dans le but d'aider les professionnels et les bénévoles de la communauté patrimoniale à prendre des décisions éclairées sur le soin de leurs collections.

Meri Karinen (stagiaire finlandaise à l'ICC) traite la couche de vernis de finition d'une voiture-pharmacie. La voiture est un artéfact unique du Musée-village du patrimoine de Cumberland, en Ontario. Construite par J. Dufourd, fabricant local de voitures hippomobiles à Ottawa à la fin des années 1800, elle a appartenu à M. John D. Ferguson, pharmacien de Cumberland. Ferguson, fils du Dr James Ferguson, a utilisé la voiture à partir de 1890 jusqu'en 1910 environ pour vendre le thé, les épices et les cordiaux Stroud, ainsi que les médicaments brevetés de son père.

Rémi Catillon (stagiaire à l'ICC et étudiant de l'Institut national du patrimoine, en France) enlève des résidus de cire blancs sur un cabinet japonais. Ce cabinet de fabrication asiatique d'assemblage complexe de tek et d'ivoire provient de la maison Eldon, située à London, en Ontario. Il a été ramené par la famille Harris lors d'un voyage de huit mois au Japon en 1897.

Publié électroniquement par :

Institut canadien de conservation

Patrimoine canadien

1030 chemin Innes

Ottawa, Ontario

K1A 0M5

Revue annuelle 2010–2011 de l'ICC

Disponible sur le site web de l'Institut canadien de conservation.

Also available in English

ISSN 1927-3940

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada 2011

Message du Ministre

The Honourable James Moore

En tant que ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, je suis heureux de présenter la Revue annuelle 2010-2011 de l'Institut canadien de conservation. Cette revue dresse un portrait complet de l'ensemble des réalisations et des activités de l'Institut. Elle décrit la manière dont il répond aux besoins de la communauté patrimoniale partout au Canada.

Cette communauté, composée de nos musées, galeries d'art, archives et lieux historiques, a pour mission de protéger, de restaurer, d'exposer et de transporter nos objets culturels et patrimoniaux afin qu'ils soient accessibles aux générations d'aujourd'hui et de demain. L'Institut, qui appuie la communauté patrimoniale dans ce travail, est reconnu mondialement pour son savoir-faire technique en science de la conservation, en restauration et en conservation préventive.

Je tiens à féliciter l'Institut et tous ceux qui croient en l'importance de promouvoir notre patrimoine. Par vos efforts, vous contribuez à faire connaître notre vaste pays qui s'est forgé au fil d'une histoire riche en événements, en gestes de bravoure et en réalisations petites et grandes.

L'honorable James Moore

Message de la directrice générale

La Revue annuelle de l'Institut canadien de conservation pour l'exercice 2010-2011 fait état de nos réalisations, mais aussi souligne notre travail sur des collections et des objets figurant parmi les plus importants au Canada. Ces objets – des exemples concrets de l'histoire du Canada qui reflètent le riche patrimoine du pays – comprennent entre autres un petit sac perlé confectionné par les membres des Premières nations dans les années 1940 et 1950 et un tableau de l'un des artistes canadiens les plus importants du XIXe siècle. En plus du temps consacré à des objets et à des collections, nous avons aussi contribué à la préservation d'intérieurs patrimoniaux, dont une maison historique exceptionnelle de style architectural Second Empire construite en 1882-1883 et les édifices du Parlement canadien, sans doute les plus importants édifices patrimoniaux du pays. Nous avons aussi continué à relever les défis auxquels font face aujourd'hui les établissements patrimoniaux du Canada : la préservation des biens patrimoniaux numériques et l'identification et le soin des matières plastiques de collections muséales.

En regardant les données, vous pouvez constater que l'ICC a augmenté de 60 % le nombre des services d'experts fournis aux clients au Canada, ainsi que le nombre d'ateliers offerts dans l'ensemble des provinces et des territoires. Le nombre de clients au Canada et à l'étranger qui sont abonnés aux Cybernouvelles de l'ICC a continué de croître tout comme le nombre de participants à notre programme de stages. Nous avons accueilli 12 stagiaires au cours de l'année, dont 5 en provenance de la France, de l'Autriche et des États-Unis, dans le cadre de leurs programmes de formation en matière de conservation.

Comme la plupart des organismes gouvernementaux, y compris le ministère du Patrimoine canadien, l'ICC a subi des compressions budgétaires. Bien que ces exercices soient toujours difficiles, ils nous aident à mettre l'accent sur les priorités comme maintenir notre capacité à offrir de l'expertise et des services scientifiques et de conservation, orienter nos décisions pour devenir de plus en plus efficients et améliorer notre façon de communiquer avec nos clients et de leur diffuser de l'information et des conseils. Pour répondre aux besoins des clients, nous avons aussi commencé à revoir et à repenser notre site Web afin de nous assurer que les outils et les ressources d'apprentissage sont facilement accessibles; nous avons mis en place une nouvelle approche pour renforcer le centre de traitement des demandes de renseignements des clients et nous avons accru notre capacité de recueillir et d'analyser des données sur les besoins de conservation de la communauté patrimoniale du Canada.

Au cours de la prochaine année, l'ICC continuera de renforcer son programme de perfectionnement professionnel, en concevant et en offrant de nouveaux ateliers et cours de perfectionnement professionnel. Nous tiendrons aussi un symposium international intitulé Adhésifs et consolidants pour la conservation: Recherche et applications à l'automne (du 17 au 21 octobre 2011), afin de diffuser des connaissances pratiques et théoriques sur l'emploi des adhésifs et des consolidants en conservation patrimoniale et de mettre en évidence le rôle de leadership de l'ICC dans ce domaine depuis les trente dernières années.

Conscients de la situation économique, nous examinerons des façons d'aider les directeurs de musées, les restaurateurs et autres professionnels à protéger leurs collections, tout en réduisant les coûts énergétiques associés au maintien des conditions ambiantes d'un musée.

Enfin, 2012 marquera un anniversaire important pour l'ICC (créé en 1972); ce sera également le bicentenaire de la guerre de 1812. Pour souligner ces événements, nous publierons une édition spéciale de notre magazine RÉFLEXIONS et nous mettrons en valeur la préservation d'artéfacts de la guerre de 1812.

Jeanne E. Inch

Directrice générale et chef de l'exploitation, ICC

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

Rendement en 2010–2011

Activités – extrants :

Trente-huit projets ont été actifs en recherche fondamentale, en recherche appliquée et en recherche en préservation des collections; 38 partenaires (27 Canadiens et 11 étrangers) ont contribué à des projets de recherche et de développement de l'ICC.

Diagramme à secteurs :

Indicateurs du rendement :

Indicateur Résultats en 2010–2011
La communauté canadienne et internationale a accès aux résultats des activités de recherche et de développement de l'ICC.
  • 17 articles scientifiques et techniques rédigés par le personnel de l'ICC ont été publiés par des éditeurs externes :
    • 8 articles dans des publications canadiennes
    • 9 articles dans des publications à l'extérieur du Canada
  • 16 présentations scientifiques et techniques ont été données à des professionnels de la conservation
    • 15 présentations lors de conférences ou dans des établissements d'enseignement au Canada
    • 1 présentation lors d'une conférence internationale ou dans un établissement d'enseignement international

Faits saillants de la recherche et du développement

Caractérisation de l'ambre canadien : Le Canada est riche en gisements d'ambre d'âge et de type géologiques variés. Cette recherche a pour but de caractériser l'ambre de divers sites au Canada. La capacité de distinguer l'ambre provenant de différentes sources n'aidera pas seulement à comprendre la géochimie organique des gisements, mais aussi à analyser des objets décoratifs anciens que les Premières Nations ont fabriqués à l'aide de ce matériau. Les résultats de ce projet aideront les archéologues à mieux connaître l'utilisation de l'ambre, qui pourrait avoir servi aux échanges commerciaux des premiers peuples autochtones.

La composition chimique et la maturité des échantillons d'ambre ont été déterminées à l'aide de la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (IRTF) et de la chromatographie en phase gazeuse à pyrolyse couplée à la spectrométrie de masse (Py-CG-SM). Jennifer Poulin et Kate Helwig, scientifiques de l'ICC, ont découvert trois sous-classes distinctes dans les gisements d'ambre canadien étudiés. De plus, l'analyse a permis de déterminer que deux gisements du Nunavut et un gisement en Colombie-Britannique renfermaient un type d'ambre non décrit dans le système de classification existant. Cette nouvelle sous-classe d'ambre est actuellement exclusive au Canada, et a été classée dans la classe Id.

Stabilité des disques optiques et des rubans magnétiques : La préservation de matériel numérique est devenue une question cruciale pour les archives, les bibliothèques et autres établissements du patrimoine. Ce projet de recherche vise à déterminer quels disques optiques sont de bonne qualité et à vérifier les allégations des fabricants à l'égard de leurs produits. Une étape importante a été franchie cette année avec l'achèvement de la phase expérimentale sur le vieillissement accéléré. Des expériences de reprise après sinistre ont démontré une extrême variabilité entre les disques, variabilité qui pourrait aussi exister sur le plan de leur longévité. Après avoir publié ses résultats de recherche sur la stabilité des CD, Joe Iraci, scientifique de l'ICC, a rédigé un article expliquant les résultats et formulant des recommandations concernant les formats DVD [« The Stability of DVD Optical Disc Formats, » Restaurator vol. 32, no 1 (mars 2011), pp. 39-59].

Le vieillissement accéléré de ce disque DVD (film) a produit une dégradation de la couche réfléchissante de métal sur la face interne du disque. L'intégrité de cette couche est essentielle à la lisibilité du DVD.

Le vieillissement accéléré de ce disque DVD (film) dans des conditions de température et d'humidité relative élevées a produit une détérioration de la couche métallique sous la forme de trous circulaires.

Calculateur des dommages causés par la lumière : Parvenir à équilibrer la nécessité de protéger les objets et les œuvres d'art patrimoniaux des dommages attribuables à la lumière et celle de les exposer dans un musée pour que le public puisse les voir constitue un défi. Stefan Michalski et Eric Hagan, scientifiques en conservation de l'ICC, ont mis au point un calculateur des dommages causés par la lumière qui estime la décoloration à une dose donnée de lumière sur la base des meilleures données disponibles. Le calculateur sera disponible dans le site Web de l'ICC au cours de l'exercice financier 2011–2012. Il permettra aux utilisateurs d'évaluer la détérioration par la lumière en choisissant des critères comme les colorants, les niveaux d'exposition et les durées d'exposition d'intérêt particulier; les couleurs dégradées apparaîtront comme des carrés sur l'écran de l'ordinateur. Le modèle fournira les calculs de la décoloration par la lumière en trois différents scénarios :

  • décoloration d'un seul colorant
  • décoloration d'un seul colorant comparée dans différents scénarios
  • décoloration d'un ensemble d'objets colorés

HISTOIRES À SUCCÈS

Merci infiniment d'avoir donné un excellent exposé à mes étudiants dans le cadre du cours Chimie de l'art et de l'archéologie. Il est évident qu'ils ont beaucoup apprécié votre exposé et, si l'on en juge par les questions qu'ils ont posées à la fin, vous aurez peut-être contribué à réorienter leurs projets de carrière.

Professeur d'université

Je tiens à vous remercier pour l'excellente conférence que vous avez donnée sur les nouvelles normes de l'ASHRAE dans le cadre de la Conférence 2011 de l'Association canadienne pour la conservation et la restauration. J'étais encouragée d'entendre parler des nouvelles normes et de leurs retombées. […] Dans l'ensemble, les informations sur les nouvelles normes sont accueillies avec soulagement.

Restauratrice, archives municipales

SERVICES D'EXPERTS

Rendement en 2010–2011

Activités – extrants :

Le personnel des services d'experts de l'ICC a conclu 345 transactions pour ses clients, incluant des analyses, des traitements et des évaluations de collections et d'installations. Au total, 302 collections et/ou objets appartenant à 188 établissements canadiens dans l'ensemble du Canada ont été mieux préservés grâce aux services d'experts de l'ICC.

Diagramme à secteurs :

Indicateurs du rendement :

Indicateur Résultats en 2010–2011
Les services d'experts de l'ICC sont utilisés par les établissements du patrimoine dans le but de préserver leurs collections.
  • 345 services d'experts ont été pratiqués pour la préservation des collections et des objets.
Les établissements du patrimoine font appel aux services d'experts de l'ICC dans le but de préserver leurs collections.
  • 188 établissements ont reçu 345 services d'experts dans le but de préserver des collections et des objets
Les collections et les objets du patrimoine dont la préservation est appuyée par les services d'experts de l'ICC.
  • 302 collections et/ou objets ont bénéficié de services d'experts :
    • 2 collections ont été évaluées et analysées
    • 49 établissements du patrimoine ont été évalués
    • 114 artéfacts ont été analysés
    • 137 artéfacts ont été traités
Indice global de la satisfaction de la clientèle
  • 100 %

Faits saillants des services d'experts

Services de conservation et de traitement

Pochette ornée de perles : La collection Maisie Hurley est composée d'objets qui ont été donnés à Mme Maisie Hurley par des chefs autochtones de la Colombie-Britannique et d'ailleurs au cours des années 1940 et 1950 en reconnaissance de son travail de défense des droits des Autochtones au Canada. Les restaurateurs de l'ICC ont traité une pochette ornée de perles, l'un des nombreux objets de la collection, qui appartient maintenant au North Vancouver Museum & Archives (NVMA) de North Vancouver, en Colombie-Britannique. Le NVMA a présenté, en collaboration avec la nation Squamish, une nouvelle exposition de grande envergure intitulée « Txwnch7á ṁnew'as kwis eslihikwiws / Entwined Histories: Gifts from the Maisie Hurley Collection » qui se tiendra de janvier à novembre 2011.

Le traitement de la pochette ornée de perles s'est réalisé en plusieurs étapes :

  • nettoyage par brossage à sec et aspiration;
  • humidification du cuir et de la frange, selon les résultats de la détermination de la température de rétrécissement;
  • remise en forme du sac et insertion de papier de soie sans acide pour maintenir la forme sans mettre de pression sur les coutures;
  • réparation des déchirures et consolidation des parties décollées du cuir.

Avant le traitement

Après le traitement

Cette pochette ornée de perles est un exemple des nombreux cadeaux que Mme Maisie Hurley a reçus de la communauté autochtone en reconnaissance de son travail de défense des droits des Autochtones au Canada. Mme Sharon Fortney, ph.D. conservatrice conjointe de l'exposition avec Mme Damara Jacobs, explique que l'exposition révèle des liens qui sont encore très importants pour la nation Squamish. « Cette exposition démontre le travail conjoint des anciens de la nation Squamish et des sympathisants non autochtones, comme Maisie et Tom Hurley, pour défendre les droits des Autochtones, ce qui a permis à la génération actuelle de poursuivre cette collaboration. »

Landau miniature : Des restaurateurs d'objets et de textiles ont traité une réplique miniature d'un landau grandeur nature, faite à la main par un carrossier professionnel, qui appartient au Royal Alberta Museum à Edmonton, en Alberta.

Le landau a été nettoyé par aspiration, brossage à sec et, lorsque nécessaire, par lavage délicat avec de l'eau distillée et un détergent non ionique. Les écaillures et soulèvements de peinture ont été recollés. Un nouveau panneau avant a été fabriqué et peint pour s'harmoniser avec le reste du landau et les éléments structuraux brisés et déformés ont été réparés.

Les parties rembourrées ont été nettoyées par aspiration et par brossage à sec. De plus, un tissu de couleur neutre a été inséré sous le tissu d'origine aux endroits usés ou troués du coussin du siège et des côtés dans le but de renforcer ces endroits plus fragiles et de les dissimuler le plus possible pour l'exposition. Un matelassage a été inséré le long du haut du côté droit pour en restaurer la forme initiale.

Avant le traitement

Après le traitement

Réplique miniature d'un landau grandeur nature faite à la main par un carrossier professionnel. Il s'agit d'un rare exemple de miniature qui comporte un grand nombre de détails de construction d'un landau grandeur nature.

The Great Eastern at Heart's Content : The Great Eastern at Heart's Content est un tableau provenant des archives de la cathédrale anglicane St. John the Baptist à St. John's, Terre-Neuve et Labrador (T.-N. –L.). Ce tableau présente un point tournant du rôle de pionnier joué par le Canada dans le développement des technologies des télécommunications soit l'arrivée du SS Great Eastern, le 27 juillet 1866, à Heart's Content, T.-N.-L., pour l'achèvement des travaux d'installation du premier câble télégraphique sous-marin transatlantique depuis Valencia, en Irlande. Les restaurateurs des beaux-arts ont traité d'importantes abrasions de la surface et chutes de matière en faisant des retouches et en appliquant un vernis stable et non jaunissant.

Moccasin Seller Carrying Papoose : Le laboratoire des beaux-arts de l'ICC a traité le tableau Moccasin Seller Carrying Papoose, une huile faisant partie de la collection de la MacKenzie Art Gallery de Regina, en Saskatchewan, qui est l'œuvre du grand peintre canadien du XIXe siècle, Cornelius Krieghoff. En 2006, des scientifiques en conservation ont analysé un échantillon du revêtement opaque de la surface, qui s'est avéré être un copolymère de méthacrylate de méthyle et d'acrylate de n-butyle – un revêtement de type moderne. Un examen aux rayons ultraviolets de la peinture a révélé que le ciel à l'arrière-plan et une partie du premier plan avaient été entièrement repeints avec une peinture sensible aux solvants. Les restaurateurs des beaux-arts ont enlevé le repeint et le revêtement de surface, ce qui a permis de constater des pertes de matière et un important réseau de craquelures. Les restaurateurs ont décidé de consolider et puis d'assouplir les couches picturales et la toile sous-jacente pour lui redonner sa tension initiale sans aplatir toutefois les bords de la toile. Pour mener à bien cette opération, les restaurateurs ont conçu et monté un gabarit. La peinture a été fixée sur le châssis d'origine par-dessus un support solide transparent qui permet de voir le dos de la peinture et ainsi de conserver le plus possible ses caractéristiques initiales. Certaines retouches et réintégrations ont également été nécessaires pour restaurer la beauté délicate de la scène de Krieghoff et lui rendre son aspect d'origine.

Pendant le traitement. Le revêtement de surface et les repeints ont été enlevés.

Pendant le traitement. Un éclairage rasant permet de voir l'importance des craquelures.

Après le traitement.

Services scientifiques

Tissus funéraires de Madagascar : Une scientifique en conservation a analysé deux tissus funéraires de soie de Madagascar (vers 1850–1899) provenant de la collection du Royal Ontario Museum (ROM) à Toronto, en Ontario, afin d'identifier les teintures. Les deux tissus comportent des couleurs vives et, compte tenu de leur âge, pourraient contenir des fils teints avec les premières teintures synthétiques, comme la mauvéine. L'analyse a été effectuée à l'aide d'une nouvelle méthode de chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CG-SM). Les teintures du premier tissu étaient des matières naturelles comme l'indigo, le carthame, le curcuma et les tannins. Ces teintures ont été utilisées seules ou mélangées pour produire le magenta, le bleu, le jaune, le violet, le bourgogne, le bleu sarcelle et le noir présents dans le tissu. Dans le second tissu, on a identifié des teintures naturelles et synthétiques. Les teintures naturelles étaient l'indigo, le curcuma et les tannins, et les teintures synthétiques étaient le vert de diamant (vert basique 4), le violet cristal (violet basique 3) et l'érythrosine (rouge acide 51). On a détecté, dans les fils de soie, la présence de ces teintures employées seules ou mélangées pour produire les couleurs bleu aqua, rose, rouge, violet, vert, bleu, jaune et noir. Chose intéressante, sur certains fils on a trouvé que des teintures naturelles avaient été utilisées en même temps que des teintures synthétiques. Cette pratique inhabituelle de combiner les teintures naturelles et synthétiques est probablement liée à la période où la mise en teinture s'est déroulée; en effet, à cette époque les nouvelles teintures synthétiques commençaient à être introduites pour produire des couleurs très vives et les anciennes teintures naturelles étaient toujours couramment utilisées.

Tissu 1

Tissu funéraire de Madagascar

(vers 1850-1899), collection du ROM.

Tissu 2

Tissu funéraire de Madagascar

(vers 1850-1899), collection du ROM.

Les tissus akotifahana de Madagascar arrivent dans les collections muséales à la suite de ventes de successions et par des courtiers. Sans connaître les dates exactes de création de ces articles et compte tenu de l'absence de changements stylistiques qui pourraient donner un indice de leur âge, il est extrêmement difficile de les dater précisément. Pour dater un tissu, il est donc crucial de déterminer si les teintures utilisées sont naturelles ou synthétiques. Le fait que l'ICC ait pu établir des dates précises liées à l'invention de certains types de teintures a permis au ROM de connaître plus précisément l'âge du tissu et de comprendre d'autres collections semblables ailleurs dans le monde.

L'île de Madagascar est située entre les continents africain et eurasien et s'est trouvée au carrefour des routes commerciales du textile pendant deux millénaires. Grâce à sa connaissance des sources des teintures, le ROM a pu déterminer quelle nation (Inde ou Arabie) a influencé le tissage à la main sur l'île et l'origine des fournitures utilisées. Puisque le Canada possède l'une des plus anciennes collections de textiles de Madagascar, il contribue à répondre à ces questions et à développer les connaissances dans ce domaine.

Peintures de Malépart de Beaucourt : François Malépart de Beaucourt est reconnu comme le premier peintre canadien à avoir développé sa technique en Europe. Les matériaux de deux de ses œuvres, l'une datée de 1786 et l'autre de 1787, ont été étudiées par la Division de la science de la conservation de l'ICC. Une comparaison des matériaux présentait un intérêt puisque de récents travaux de recherche suggèrent qu'elles ont toutes les deux été peintes à Saint-Domingue (maintenant Haïti), un endroit où l'approvisionnement en matériel d'artiste aurait pu être limité. Les peintures, l'une faisant partie de la collection du Musée des beaux-arts de Montréal et l'autre faisant partie de la collection du Musée McCord (les deux situés à Montréal, au Québec), ont été examinées et échantillonnées sur place. On a pu obtenir des renseignements détaillés sur les pigments, les liants et la structure des couches picturales de la peinture. On a découvert que les matériaux des deux peintures étaient très semblables.

Conservation préventive

Étude des œuvres d'art publique à l'Édifice du Centenaire du Nouveau-Brunswick : le gouvernement du Nouveau-Brunswick prévoit effectuer d'importantes rénovations de l'Édifice du Centenaire à Fredericton qui abrite les bureaux du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Des murales, des mosaïques, des assemblages en fer ornemental et des sculptures de bois en relief ont été commandés pour le centenaire du Canada en 1967 et installés dans tout l'édifice de six étages. Les œuvres d'art ont été réalisées par certains des artistes canadiens les plus connus des années 1960 : John Hooper, Claude Roussel, Bruno Bobak, Jack Humphrey, Tom Forrestall et Fred Ross.

L'ICC a élaboré un plan pour protéger ces œuvres d'art pendant la réfection de l'édifice. Le plan traite de questions comme les risques liés à la démolition, aux vibrations, aux dommages causés par les chocs, à la poussière et à l'humidité, et aux variations de la température ambiante pendant les travaux de rénovation. En consultation avec la Banque d'œuvres d'art du Nouveau-Brunswick, l'ICC a également fourni une estimation des coûts, l'énoncé des travaux et un processus de traitement de conservation pour cette importante collection d'art publique avant le 150e anniversaire du Canada en 2017.

Déménagement des monuments et des chandeliers de l'édifice de l'Ouest de la Colline du Parlement : L'équipe des intérieurs patrimoniaux de l'ICC travaille en collaboration avec la Direction générale de la cité parlementaire de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) pendant la rénovation de l'édifice de l'Ouest (à l'origine appelé l'édifice ministérielle de l'Ouest) sur la Colline du Parlement à Ottawa, en Ontario, un projet qui se poursuivra jusqu'en 2016. Les travaux de rénovation de ces édifices toucheront plusieurs objets patrimoniaux de types différents et les services d'experts de l'ICC vont contribuer à la protection de ces importantes collections patrimoniales.

Lorsque les sculptures du très honorable Sir Robert Borden et du très honorable John Diefenbaker ont été touchées par la reconstruction de l'édifice de l'Ouest, l'ICC a élaboré un plan de déménagement. En déménageant ces deux statues commémoratives de deux anciens premiers ministres canadiens à l'arrière de la Bibliothèque du Parlement (au lieu de les entreposer comme il avait été prévu initialement), elles demeureront accessibles aux Canadiens. La sélection des sites appropriés, l'analyse des sols, les conceptions des socles en béton temporaires, le déménagement des plinthes en pierre de granite et des statues, et les opérations de levage nécessaires ont été coordonnés par l'ICC avec la collaboration de la Direction générale de la cité parlementaire de TPSGC et l'appui professionnel de maçons et de charpentiers.

L'ICC a aussi travaillé à la protection de six chandeliers monumentaux de la période Régence anglaise (1844). À l'origine, ces chandeliers avaient été commandés pour la Royal Assembly Rooms à Liverpool, en Angleterre. En 1961, le ministère des Travaux publics du Canada les a achetés à Londres pour la salle de la Confédération de l'édifice de l'Ouest. Lorsqu'on a pris la décision de redonner sa vocation première à la salle de la Confédération (c'est-à-dire des bureaux pour les parlementaires), l'ICC a démonté, nettoyé et emballé les chandeliers pour les transporter et les entreposer en toute sécurité pendant la fermeture et la démolition de la salle.

La statue de Sir Robert Borden est déménagée du lieu d'entreposage temporaire à son nouvel emplacement derrière la Bibliothèque du Parlement.

La statue de Borden est réinstallée sur sa plinthe réassemblée.

Un des chandeliers est inspecté avant d'être démonté.

Une fois le chandelier démonté, tous ses éléments ont été emballés.

Projet pilote d'évaluation des risques au Glanmore National Historic Site : Le Glanmore National Historic Site situé à Belleville, en Ontario, et construit en 1882–1883, est un exemple exceptionnel d'architecture du Second Empire. L'ICC a mené sa première évaluation exhaustive à cette maison historique – un projet pilote dans lequel on a fait appel à une méthodologie et à des outils qui ont été mis au point au cours des deux dernières années en collaboration avec le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), basé à Rome, et l'Instituut Collectie Nederland (ICN) des Pays-Bas. On a d'abord cerné les principaux risques pour la collection et leur gravité a été classée par ordre de probabilité (ou de vitesse) que l'événement se produise, la perte de valeur qui pourrait en découler et la proportion de la collection qui pourrait en souffrir. On a ensuite formulé des solutions pour régler les risques les plus graves avec une estimation des coûts et un rapport coûts-efficacité. Ce rapport a permis à cet établissement du patrimoine de définir ses priorités et de cibler les risques ayant la plus forte probabilité de causer la perte de valeur la plus importante pour la collection.

Le Glanmore National Historic Site, construit en 1882–1883, est un exemple exceptionnel d'architecture du Second Empire.

L'argenterie de la salle à dîner pourrait éventuellement perdre des détails et des inscriptions à cause du polissage annuel pour nettoyer les ternissures. L'application d'une couche de vernis empêcherait l'argent de ternir tout en supprimant la nécessité d'un polissage régulier.

La Fiducie du patrimoine inuit bénéficie du programme de visites par avion d'un restaurateur : Quatre sites patrimoniaux de la Fiducie du patrimoine inuit au Nunavut (les Archives et le Centre d'information Nattinnak à Pond Inlet, et le Centre d'information Unikkaarvik et le Nunatta Sunakutaangit Museum à Iqaluit) ont bénéficié des services d'évaluation d'installations et de formation de l'ICC. L'ICC a consacré plusieurs jours à chaque endroit, menant de front des activités de formation et d'évaluation d'installations. À chaque site, un rapport écrit a été remis, lequel renfermait les résultats de l'évaluation et des recommandations visant de futures interventions pour améliorer la préservation des collections.

Un élément d'exposition didactique du style de vie inuit dans la région de Pond Inlet.

HISTOIRES À SUCCÈS

L'ouvrage à l'aiguille est arrivé intact [...]. Nous sommes tous très impressionnés par sa beauté. Nous sommes très, très heureux des résultats.

Conservatrice des biens culturels, municipalité

[...] je profite de l'occasion pour vous remercier, ainsi que votre personnel, pour l'excellence de votre travail. L'ICC, bien que basé à Ottawa, est perçu par la communauté muséale du Nouveau-Brunswick comme une organisation fiable à qui on peut demander de l'aide pour des besoins techniques liés aux musées, [...] Même si votre personnel ne peut répondre à nos besoins, à cause d'un délai trop court ou des coûts, normalement, il nous propose des solutions de rechange.

Bénévole, organisation du patrimoine

Ce rapport est exactement ce que j'avais demandé et même plus! Je suis impressionné par votre capacité à expliquer l'analyse en termes clairs, à analyser les résultats et à formuler diverses conclusions fondées sur cette analyse. [...] Merci de nous avoir aidés à décider de la façon de préserver ces artéfacts tout en tenant compte de l'ensemble de la collection.

Restaurateur et gestionnaire de collections, établissement fédéral

DIFFUSION DES CONNAISSANCES – PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL

Rendement en 2010-2011

style="text-decoration: underline;">Activités – Extrants

L'ICC a mené 41 activités d'apprentissage (40 au Canada, une aux États-Unis). Il y a eu 388 participants (348 provenant du Canada; 40 provenant de 7 autres pays) aux programmes d'apprentissage de l'ICC, y compris les stages et les programmes de perfectionnement professionnel.

Ateliers régionaux au Canada : Deux cent quatre-vingt-dix-huit participants canadiens ont appris à s'occuper de collections exposées, entreposées et transportées dans le cadre de 22 ateliers de deux jours donnés dans les provinces et les territoires. Les ateliers les plus populaires étaient les suivants :

  • Préparation en cas d'urgence pour les établissements culturels (présenté 4 fois)
  • Planification des réserves (présenté 3 fois)

Pourcentage des participants aux ateliers de l'ICC par province et territoire (graphique – carte du Canada)

Indicateurs du rendement

Indicateur Résultats en 2010-2011
Les établissements et les employés voués au patrimoine ont amélioré leurs connaissances, leurs compétences et leurs méthodes de travail
  • 79 % des participants ont répondu à l'enquête d'évaluation de la formation
    • 100 % d'entre eux ont indiqué une amélioration
Les établissements et les employés voués au patrimoine canadien et international ont pris part aux activités d'apprentissage de l'ICC
  • 260 établissements patrimoniaux ont profité des programmes d'apprentissage de l'ICC
    • 220 établissements canadiens
    • 40 établissements étrangers
  • 388 personnes ont participé aux programmes d'apprentissage de l'ICC
    • 348 du Canada
    • 40 d'autres pays

Ateliers de perfectionnement professionnel : Des restaurateurs et autres professionnels des musées ont participé à trois ateliers de perfectionnement professionnel avancé sur les aspects techniques et scientifiques de la conservation; 40 d'entre eux provenaient du Canada et 29 de l'étranger.

  • L'atelier Identification et soin des matières plastiques de collections muséales portait sur la préservation des matières plastiques; il a été donné en partenariat avec le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC) et l'Association canadienne pour la conservation et la restauration (ACCR). Grâce à des conférences, à des travaux en laboratoire et à des visites guidées d'examen de collection muséale, les restaurateurs ont appris les rudiments de la composition, de l'identification et de la dégradation des matières plastiques. L'accent a été mis sur les plastiques les plus fréquemment employés dans les collections muséales et ceux les plus susceptibles de se dégrader ou d'endommager d'autres objets de la collection (plastiques malins). Présenté au MSTC, l'atelier de deux jours a réuni 20 participants (du Canada, de l'Autriche, du Portugal et des États-Unis).
  • L'atelier La conservation-restauration des plumes s'intéressait à la structure et à la nature des plumes et des objets à plumes ainsi qu'aux causes de leur détérioration. Il a été présenté en collaboration avec l'ACCR sous forme de séances théoriques et pratiques. Les conférenciers ont traité de la décoloration des couleurs des plumes, du nettoyage au laser, des techniques de teinture et du soin des plumes en histoire naturelle. Trente personnes (représentant des établissements patrimoniaux de sept provinces canadiennes ainsi que de l'Autriche, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis) ont assisté à l'atelier de trois jours, tenu à l'ICC.
  • L'atelier Gestion intégrée des parasites comportait des exposés illustrés, des exercices en groupe de résolutions de problème et des démonstrations des principes de la désinfestation thermique ainsi que d'un piège mobile aux phéromones. Dix-neuf participants (du Canada, de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis) ont assisté à cette formation d'une journée à l'ICC. L'atelier s'est tenu dans le cadre de la conférence Biodiversity 2010 and Beyond, Science and Collections, organisée conjointement par l'organisme international Society for the Preservation of Natural History Collections (SPNHC) et l'Association botanique du Canada (ABC).

Programme de professionnels invités : Un scientifique à la retraite, accueilli l'an dernier comme professionnel invité en recherche en conservation, a poursuivi ses travaux sur l'utilisation de l'électrochimie en conservation.

Stages : L'ICC a comblé cinq postes de stages en conservation pour Canadiens (un stagiaire par service : préservation, beaux-arts, textiles, archéologie et objets) pour une période d'un an, stages qui permettent une expérience en début de carrière. Ce programme a des retombées positives autant pour la prochaine génération de restaurateurs que pour le plan de la relève de l'ICC.

L'ICC a aussi accueilli sept stagiaires (non rémunérés) : deux étudiants canadiens (de l'Université Queen's à Kingston, en Ontario, et du Fleming College à Peterborough, en Ontario) et cinq étudiants internationaux (d'établissements étrangers comme l'Université du Delaware, la Sorbonne, l'Université des arts appliqués de Vienne et le CESI Saint-Nazaire en France).

Bourses de recherche : L'ICC a continué de profiter de la présence de deux stagiaires du Programme de bourses de recherche scientifique dans les laboratoires du gouvernement canadien.

  • Un diplômé de l'Université Queen's à Kingston et de l'Imperial College London a poursuivi son travail de développement de modèles d'évaluation des risques, en plus d'effectuer des travaux d'expérimentation sur la réponse thermohygromécanique des peintures sur toile. Il a également contribué à la conception d'un appareil pour des expériences d'altération par la lumière.
  • Une diplômée de l'Université McGill à Montréal, au Québec, de l'Università degli Studi di Bologna et de l'Università degli Studi di Perugia (dans le cadre du programme de science de la conservation EPISCON) a continué d'étudier les applications du microscope Raman et de répondre aux demandes des clients.

L'atelier La conservation-restauration des plumes.

L'atelier Identification et soins des matières plastiques de collections muséales.

HISTOIRES À SUCCÈS

Les formateurs de l'ICC ont mis l'accent sur les applications concrètes des pratiques et des techniques présentées. L'information sur les produits, les tableaux d'établissement des priorités et les éléments importants d'un plan nous aideront à élaborer nos propres plans. Le cahier sur les situations d'urgence sera très utile […] C'était un atelier bien documenté et bien présenté.

Participant, atelier Préparation en cas d'urgence

J'ai dû renoncer à certaines idées fausses que j'affectionnais et forcer mon esprit à accepter de nouvelles possibilités. […] J'ai aimé qu'on encourage les participants à expérimenter et à poser des questions.

Participant, atelier de perfectionnement professionnel

(Nom du superviseur), je tiens à vous exprimer ma sincère gratitude pour vos conseils et votre mentorat pendant mon séjour à l'ICC. Je vous remercie […] de m'avoir donné plusieurs occasions de démontrer mes capacités à nos collègues. J'ai vraiment apprécié votre ouverture et votre intérêt pour ma carrière et mon avenir.

Stagiaire à l'ICC, Programme en conservation

DIFFUSION DES CONNAISSANCES – PUBLICATIONS ET RESSOURCES D'APPRENTISSAGE EN LIGNE

Rendement en 2010-2011

Activités – Extrants

L'ICC a publié un nouveau livre, Techniques d'éclairage pour la photographie des objets de musée, afin d'aider les utilisateurs à améliorer leurs savoir-faire de documentation photographique. Ce guide pratique à reliure spirale démontre de quelle façon l'éclairage peut souligner et mettre en valeur les caractéristiques d'un objet dans une photographie. Utile pour les photographes professionnels, les restaurateurs, les professionnels du patrimoine et les étudiants, le guide comprend 15 techniques d'éclairage, toutes clairement expliquées et illustrées par des photographies en couleur.

L'ICC a aussi publié le numéro 2011 de RÉFLEXIONS sur la conservation qu'il a envoyé à plus de 3 500 abonnés et distribué à l'occasion d'activités organisationnelles et de salons professionnels. Ce deuxième volume du magazine de l'ICC porte sur la conservation des collections patrimoniales sous l'angle du développement durable. L'ICC examine comment il peut aider les musées et d'autres établissements patrimoniaux à viser la viabilité sur les plans économique et environnemental sans compromettre pour autant la viabilité sociale et culturelle.

   

Publications : 789 publications de l'ICC ont été distribuées au Canada (49 %) et à l'étranger (51 %). Les trois publications les plus populaires étaient les suivantes :

  1. Techniques d'éclairage pour la photographie des objets de musée
  2. Supports pour objets de musée : de la conception à la fabrication, deuxième édition
  3. Métaux et corrosion : Un manuel pour le professionnel de la conservation

Services de la bibliothèque : Le personnel de la bibliothèque a traité 403 demandes de services provenant de clients externes :

  • 258 livres ont été prêtés
  • 114 articles ont été distribués
  • 31 questions de référence ont reçu une réponse

Site Web de l'ICC : Il y a eu 123 609 visiteurs uniques sur le site Web principal de l'ICC, dont 13 659 ont consulté des documents d'apprentissage conçus pour la communauté du patrimoine. Tous ces visiteurs ont examiné 653 696 pages et dans les pages du Centre de documentation pour la conservation, 10 166 d'entre eux ont consulté les trois documents les plus populaires suivants : Centre de documentation pour la conservation

  1. Les dix agents de détérioration (consulté 7 932 fois)
  2. Directives en matière d'environnement pour les musées – Température et humidité relative (consulté 5 348 fois)
  3. La lutte contre les parasites des biens culturels (consulté 2 776 fois)

Site Web Préserver mon patrimoine (PmP): L'ICC a attiré 51 551 visiteurs uniques à son site Web PmP, qui contient du matériel d'apprentissage conçu pour le grand public et les bénévoles des musées. Les visiteurs ont consulté 105 598 pages de documents dont les trois plus populaires étaient :

  1. Comment prendre soin de Documents papier et coupures de journaux (consulté 1 351 fois)
  2. Comment prendre soin de Livres (consulté 1 156 fois)
  3. Comment prendre soin de Laiton, cuivre et bronze (consulté 1 083 fois)

Indicateurs du rendement

Indicateur Résultats en 2010-2011
Les établissements et les employés voués au patrimoine canadien et international ont utilisé les activités d'apprentissage de l'ICC
  • Les visiteurs ont téléchargé 375 documents d'apprentissage en ligne

HISTOIRES À SUCCÈS

Je suis heureux que la publication (RÉFLEXIONS sur la conservation) s'adresse à la communauté internationale de personnes qui, comme moi, s'intéressent à la conservation des sites patrimoniaux et des collections culturelles. Anthropologue socioculturel de formation, j'ai toujours été fasciné par les questions liées au patrimoine et à sa conservation. Je n'ai malheureusement pas de formation professionnelle me permettant de participer concrètement aux travaux de restauration qui constituent en soi une spécialité. […] Je vous félicite de produire une publication aussi belle et aussi intéressante.

Anthropologue, Pakistan

À titre d'ancien gestionnaire du risque, j'ai été particulièrement impressionné par les articles « Viabilité du patrimoine culturel » et « Maintenir le patrimoine culturel dans le sillage d'une catastrophe » (parus dans RÉFLEXIONS sur la conservation) qui se sont révélés pertinents pour (nom de la collection) qui a voyagé dans le monde entier – même si les structures des installations sont elles aussi vulnérables aux conditions climatiques.

Directeur exécutif, organisme patrimonial de la Nouvelle-Zélande

[…] lorsque j'enseigne la conservation préventive […], votre livre sur les polluants est une référence de base pour mes étudiants.

Professeure adjointe à l'université, Département de la conservation et de la restauration, Portugal

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

Rendement en 2010-2011

Relations avec les médias : L'intérêt des médias a été particulièrement prononcé en raison de la variété d'objets intéressants et des traitements effectués. Par exemple, l'ICC a répondu à des dizaines d'appels des médias de partout au pays après la diffusion de la nouvelle que la restauratrice principale en archéologie, Tara Grant, avait assisté à l'excavation d'une boîte enfouie dans un cairn à Gjoa Haven, au Nunavut. La boîte était censée contenir des articles associés à l'explorateur de l'Arctique Sir John Franklin ou Roald Amundsen. Tara a été interviewée à la radio et à la télévision. Même si la boîte ne contenait pas les objets qu'on pensait trouver à l'intérieur, l'entreprise était majeure et stimulante pour l'ICC compte tenu de l'importance des objets en question.

Les médias ont aussi communiqué avec l'ICC après la diffusion de l'histoire du Bison prescus de Tsiigehtchic à l'émission Daily Planet de la chaîne Discovery, en janvier 2011. On y voyait la restauratrice principale en archéologie, Tara Grant, expliquer les connaissances scientifiques requises pour préserver la peau du bison. D'autres membres du personnel de l'ICC qui l'ont aidé lors du projet (Jessica Lafrance, stagiaire), qui ont pris des photographies (Mylène Choquette, technologue en documentation scientifique) et analysé des images (Gregory Young, scientifique principal en conservation) ont participé au tournage.

Portes ouvertes Ottawa : Le 5 juin 2010, l'ICC a participé pour la deuxième fois à Portes ouvertes Ottawa. Plus de 230 visiteurs ont pu jeter un regard dans les coulisses de l'ICC. Ce nombre représente une augmentation par rapport à celui de 2009, et ce, malgré le nombre considérable de nouveaux endroits à visiter dans le cadre des journées Portes ouvertes et des efforts publicitaires déployés pour les faire connaître.

     

Lors des Portes ouvertes Ottawa, les visiteurs ont eu l'occasion d'assister à diverses présentations dans les différents laboratoires de l'ICC.

Cyberservices : La base de données des clients des cyberservices a augmenté de 11 % compte tenu des 360 nouveaux clients qui se sont joints aux 2 242 clients inscrits depuis 2007. Sur les 2 602 utilisateurs inscrits, 77 % d'entre eux proviennent du Canada et 23 % de l'étranger.

Cybernouvelles de l'ICC : Le bulletin Cybernouvelles de l'ICC compte 422 nouveaux utilisateurs. La liste de distribution fait état de 7 370 clients, dont 42 % proviennent du Canada et 58 % de l'étranger.

Services à la clientèle : Le personnel de l'ICC a répondu par téléphone ou par courrier électronique à 999 demandes de renseignements, dont 530 avaient trait à des conseils scientifiques ou techniques.

Notes de l'ICC : On a consulté 96 299 fois les Notes de l'ICC.

Ressources humaines : Cinq membres de longue date du personnel scientifique et de conservation, experts dans leur domaine, ont pris leur retraite : David Grattan, Michael Harrington, Siegfried Rempel, David Tremain et Brian Laurie-Beaumont. À la suite d'une réorganisation interne, il y a maintenant quatre Divisions à l'ICC responsables de la prestation des services :

  • Science de la conservation
  • Traitement et collections : Beaux-arts, mobiliers et intérieurs patrimoniaux
  • Traitement et collections : Textiles, archéologie, objets, papier
  • Services de préservation

Par ailleurs, l'ICC cherche à répondre aux besoins futurs des clients en engageant de nouveaux experts, dont Eric Hagan à titre de scientifique en conservation, pour mener des recherches concernant les effets de l'eau (hygro) et de la température (thermo) sur les propriétés des matériaux. D'autres mesures de dotation sont terminées ou en cours, notamment l'embauche d'un restaurateur de livres, d'un autre scientifique en conservation, d'un gestionnaire des Services de préservation et d'un conseiller en préservation.

En plus d'engager des restaurateurs et des scientifiques en conservation, l'ICC a aussi recruté un nouveau bibliothécaire pour les services de recherche et de référence afin de pourvoir un poste vacant. Nous avons aussi entrepris le processus d'embauche de deux réviseurs (textes français et textes anglais). Ces postes sont critiques pour la diffusion des connaissances et les activités de perfectionnement professionnel de l'ICC.

HISTOIRES À SUCCÈS

Voir des photos d'objets en cours de traitement dans les laboratoires de restauration était fantastique, et lorsque nous sommes arrivés au studio de photographie, nous avons compris comment tout s'emboîtait. Le studio de photographie est incroyable!

Je n'étais absolument pas conscient de toute la recherche que requiert le domaine de la conservation.

L'ICC figure parmi les trois endroits principaux à visiter!

Nous avons visité l'ICC l'an dernier et nous y retournerons l'an prochain!

Commentaires de visiteurs, Portes ouvertes Ottawa

PARTENARIATS

Rendement en 2010-2011

Renforcement des capacités en Haïti : L'ICC était l'un des nombreux partenaires d'un atelier pilote de trois semaines sur les mesures de récupération en cas d'urgence et la prévention des sinistres touchant le patrimoine culturel, organisé par le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) en réponse au tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010. Donné à Port-au-Prince à l'été 2010, l'atelier visait à renforcer les capacités de la communauté culturelle haïtienne en formant 26 professionnels du patrimoine haïtien (représentant 15 établissements culturels haïtiens) qui, à leur tour, formeront collègues et pairs.

Économiser l'énergie, préserver les collections : Tenue à l'ICC en janvier 2011, la rencontre ayant pour thème Économiser l'énergie, préserver les collections a permis de réunir, pour la première fois, 39 représentants fédéraux de six musées nationaux et de cinq programmes patrimoniaux afin de discuter d'une question de plus en plus importante à laquelle ils sont tous confrontés. La rencontre visait à traiter de divers aspects de la viabilité, des possibilités d'économies d'énergie et des conditions environnementales au sein des musées et en situation de prêts. Organisée par l'ICC, elle a été une occasion d'échanger sur les nouvelles initiatives en matière de viabilité et de discuter des points d'entente sur des sujets comme un mode de fonctionnement plus efficace, l'écologisation des musées et l'imposition d'exigences moins rigoureuses associées aux prêts pour les expositions. Les résultats de la rencontre seront diffusés auprès des communautés des musées et de la conservation au Canada. Les discussions se poursuivront également avec les représentants des musées nationaux et des programmes patrimoniaux afin d'assurer un suivi sur certains points de la rencontre.

HISTOIRES À SUCCÈS

J'aimerais remercier le comité organisateur de la conférence de l'Association canadienne pour la conservation et la restauration et le personnel de l'ICC pour leur soutien dans la présentation de l'atelier sur les matières plastiques. L'expertise (nom du scientifique en conservation de l'ICC) est inégalée en ce qui concerne les plastiques dans le domaine de la conservation. Ce fut un plaisir et un honneur de pouvoir donner l'atelier avec lui. Je crois que nous avons jeté les bases d'une collaboration future dans ce domaine et je me réjouis à la perspective de travailler avec lui d'ici peu.

Gestionnaire en conservation, musée fédéral, Canada

Le cours (en Haïti) s'est terminé sur une excellente note. Nous avons reçu des commentaires très positifs lors de l'évaluation finale et plusieurs cadeaux d'adieu. […] Merci beaucoup d'avoir entrepris cet important travail. Nous, à l'ICCROM, vous sommes reconnaissants de votre aide dans la mise en œuvre réussie de cette première activité en Haïti, et nous espérons sincèrement avoir d'autres occasions de travailler avec vous.

Conservateur et restaurateur d'œuvres d'art en Inde, chef du Projet Haïti, ICCROM

Le contenu du cours (en Haïti) était de grande qualité et axé sur les méthodes actuelles, en grande partie grâce à la participation de (nom de la restauratrice principale de l'ICC). Elle a travaillé de longues heures avec détermination et enthousiasme afin d'adapter quotidiennement le contenu. Les participants du cours, tout comme ses collègues en conservation, ont beaucoup apprécié ses vastes connaissances et son approche bienveillante.

Restauratrice en chef d'un musée national, partenaire du Projet d'Haïti, États-Unis

Participants haïtiens utilisant l'affiche du Plan de préservation des collections de musées de l'ICC lors d'un atelier

Photo prise par Vesna Živković, conservatrice

© Institut central de conservation, Belgrade

Église en Haïti dévastée par le tremblement de terre de 2010.

État financier de 2010-2011

Recettes

Crédit

Transfert de la garde des biens immobiliers à PCH-ICC

Recettes nettes en vertu d'un crédit 1

Fonds des biens de l'État

 

7 262 050

2 529 697

500 000

7 611

     
Total – Budget de fonctionnement 10 299 358
     
Recettes gagnées    

Publications et services de la bibliothèque

Services scientifiques et de conservation

44 680

215 955

 
Total – Recettes gagnées 260 635
     
Total – Budget de fonctionnement et recettes gagnées   10 559 993
     

Dépenses

Salaires

Frais de gestin immobilière2

Frais d'opérations de programme3

 

2 322 108

1 151 074

6 339 361

Total – Coûts d'opérations   3 473 182
     
Total – Dépenses   9 812 543
     
Remboursement – Recettes nettes en vertu d'un crédit 500 000
     
Dépenses totales et remboursement des recettes nettes en vertu d'un crédit   10 312 543
     
Sous-total   247 450
Solde des biens de la Couronne reportés à l'exercice financier 2011-20124   (3 142)
     
Solde   244 308

Note : Il ne s'agit pas d'un état financier vérifié.

1 Les recettes nettes en vertu d'un crédit sont un mécanisme financier permettant au gouvernement du Canada de fournir un montant en fonction des recettes prévues.

2 Les frais pour la gestion des immeubles de l'ICC.

3 Le frais d'opérations de programme comprennent les dépenses suivantes : transport et communication (téléphones, courrier, déplacements aux musées et sur les sites, participation aux conférences, voyages d'affaires pour les associations professionnelles, déplacements pour formation et services d'urgence), information (impression, publication, publicité), location, entretien et réparations, équipement, fourniture et matériaux, services professionnels (notamment le travail contractuel, la consultation et les avis professionnels).

4 Fonds inutilisés des biens de la Couronne reportés à l'exercice financier 2011-2012.


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.